1ère circonscription
des
Deux-Sèvres

Voir la carte dynamique

banniere



le glysophate, classé improbablement cancérogène

Dans un rapport remis jeudi 12 novembre 2015 dans le cadre de la réévaluation des risques pour le renouvellement de l'autorisation de mise sur le marché en Europe des substances chimiques, l'autorité européenne de sécurité des aliments estime qu'il est « improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l'Homme ». Il ne nécessiterait donc pas sa classification cancérogène dans la réglementation de l'Union européenne, sur la classification, l'étiquetage, et l'emballage des substances chimiques.

 Pourtant, en mars dernier, le centre international de recherche sur le cancer (CIRC), de l'organisation mondiale de la santé (OMS) l'avait pourtant classé comme cancérogène probable.

 Pourquoi cette contradiction ?

 Parce que ces deux organismes ont des approches différentes dans la classification de produits chimiques :
La première ne se penche que sur le principe actif, et laisse l'évaluation des produits commerciaux que sont les pesticides à l’appréciation de chaque Etat membre, alors que le CIRC évalue la substance chimique individuelle mais également ses diverses formulations commerciales sans laisser à chaque Etat la libertés dans la méthodologie d'appréciation des formulations commerciales.

 Or, cette molécule, qui est notamment l'une des composantes du Round'up, n'est efficace par nature, qu'en association avec d'autres substances chimiques. 
Le CIRC, de toute façon, a déclaré qu'il ne remettra pas en cause sa classification qui demeure la classification officielle de l'organisation mondiale de la santé.

 D'autre part, l'agence européenne des produits chimiques doit se pencher sur les risques pour la santé liés à l'utilisation du glyphosate, et remettre un rapport en 2017.

 Pourquoi alors ne pas attendre la fin du processus d'évaluation de cette substance ? Pourquoi un tel empressement des autorités européenne d'autoriser cette substance pour 10 ans ? Quid du principe de précaution ?

lancement de la COP 21

La COP21 a débuté hier, lundi 30 novembre 2015. Dans ce cadre, je participe au colloque sur le thème « récifs coralliens et changement climatique ». De plus, je serai également au Sommet de l'Alliance des gardiens de Mère Nature, présidé par le Cacique Raoni, que j'avais déjà eu l'occasion d'accueillir à Niort en 2013 au sujet de la déforestation en Amazonie.

A l'Assemblée nationale, j'ai voté deux propositions de résolution : l'une pour accéder, au delà de la COP21, à une société bas carbone (consultable ici). Et l'autre, qui sera disponible bientôt sur mon site  visant à soutenir le projet africain de Grande Muraille Verte.

 

 

Création d'un parc naturel régional de Gâtine Poitevine

Par délibération en date du 16 octobre 2015, le conseil régional de Poitou-Charentes a validé le projet de création d'un PNR Gâtine Poitevine dans le cadre de sa politique territoriale et d'excellence environnementale.

Envisagé depuis quelques années déjà, ce premier pas de formalisation préalablement à la refonte des territoires régionaux est décisif. Il constitue un signal fort de dynamisme et de volonté de mise en valeur de notre territoire dans le cadre de la nouvelle grande région. Celle-ci est forte de nombreux territoires protégés pour leur richesse paysagère, floristique et faunistique.